Fauteuil et unit dentaire Quétin (1950) du Dr André Marmasse 

Portrait du Dr André Marmasse ainsi que son œuvre littéraire

Les études archéologiques actuelles nous permettent de situer à la période Néolithique l’apparition des affections dentaires chez l’Homme suite aux changements opérés dans son régime alimentaire par l’introduction des céréales. Dès lors, la recherche de moyens pour calmer ces maux devient une nécessité. Les premières traces de l’existence d’un médecin spécialisé dans la dentisterie se trouvent dans les écrits Égyptiens vers 2700 avant JC. En effet, l’association de hiéroglyphes « défense d’éléphant » (représentant une dent humaine) et « œil » (signifiant « faire », ici plus précisément « traiter ») s’apparente à ce qui semble être le premier chirurgien-dentiste .

Représentation hiéroglyphe du dentiste,
2700 ans avant JC

Les premiers instruments dentaires naissent donc dès l’Antiquité et toutes les civilisations participent à leurs progrès : Étrusques, Chinois, Byzantins … Durant le Moyen-Âge, la maladie est vécue comme un châtiment divin et l’odontologie n’évolue guère voire régresse, notamment en termes d’hygiène. L’avulsion de la dent et donc de la douleur reste ainsi durant plusieurs siècles la seule méthode pour soigner le patient, faute de connaissances et d’instruments disponibles. Les premiers instruments utilisés sont donc surtout des instruments destinés à l’extraction. Il faut attendre la Renaissance pour que de réels progrès soient observés : les principes d’hygiène dentaire commencent à rentrer dans les mœurs, les prothèses sont de plus en plus perfectionnées. Cependant, les instruments sont encore grossiers et peu précis, la simple idée d’un rendez-vous chez le dentiste remplit le patient de peur et d’effroi. Le tournant a lieu au XIXe siècle où l’art dentaire connait une évolution sans précédents. En effet, la plupart des daviers créés il a 200 ans sont encore employés actuellement sans grandes améliorations.

Si la pratique de l’odontologie existe donc depuis des siècles, c’est par l’ingéniosité des praticiens et par l’évolution de l’instrumentation qu’elle s’ancre réellement dans l’histoire. Abulcasis déclarait déjà au Xe siècle qu’« un praticien intelligent et exercé dans son art saura inventer de nouveaux instruments en raison de chaque circonstance et de chaque maladie ».

Contactez-nous

UFR d’Odontologie Garancière
Université de Paris
5 rue Garancière
PARIS, 75006
France

gregory.aupiais@u-paris.fr

01 57 27 87 13